J’aime tellement ça ouvrir un livre, faire la lecture des premières pages et déjà être totalement captivée par l’histoire. C’est ce que j’ai vécu avec Délinquante!

Je croyais que je retournais dans la vie du personnage du tome publié avant: La fugue. Rapidement, j’ai pris conscience que j’entrais dans la vie d’un nouveau personnage qui m’en a fait voir de toutes les couleurs.

Bien malgré elle, Naomi retourne vivre chez ses parents. Après 6 mois dans un centre, suite à une accusation de violence envers son père, elle doit faire ses preuves et montrer aux gens que ce n’est pas elle le problème dans cette famille… mais Mario. Elle ne peut même pas se résigner à l’appeler papa. Depuis son accident, il n’est plus le même. Il perd patience pour tout et pour rien et il devient de plus en plus violent.

Les coups, c’est sa mère et elle qui les mangent… et non pas elle qui les donnent. Si au moins sa mère avait été de son côté au lieu de dire que tout était de sa faute. Comment une mère peut mentir au point de faire envoyer son propre enfant dans un centre jeunesse? Et pourtant… Naomi veut lui pardonner… parce qu’elle est sa mère.

Au fil de l’histoire, sa vie prend une tournure dangereuse. Ses décisions, elle ne les prend pas pour mal faire, mais parce qu’elle doit trouver réponse à ses nombreuses questions et faire cesser la violence qui ne fait qu’augmenter à la maison. Son bras cassé en est la preuve!

Son nouveau petit ami semble être une mauvaise influence dans sa vie… mais l’est-il vraiment? Parce que même si ses gestes et ses décisions sont redoutables, il est toujours là pour la protéger et prévenir le pire. Mais des doutes surgissent… fait-il partie du clan qu’elle tente ardemment de piéger?

Malgré ses tentatives, aussi nombreuses soient-elles, tout le monde semble lui cacher des informations. Alors, elle fera ce qu’elle a à faire…

Elle ira elle-même chercher ses réponses.

Au risque de mettre sa vie en péril.

Délinquante

Marie-Soleil Hébert

Les éditions JCL